Bienvenue à toutes personnes intéressées par l'éducation permanente et la citoyenneté responsable. Soyez curieux, venez découvrir un large panel de formation au plus proche de vos attentes.

MÉTHODOLOGIE

MÉTHODOLOGIE

 : .

C’est la conclusion de chaque module de formation !
Quand les pièces du puzzle s’assemblent telle une évidence.

Parce qu’il ne suffit pas d’apprendre mais bien de comprendre, la méthodologie développée est active.
En effet, chacun est amené à être acteur mais surtout auteur.
Chaque formation part de situations vécues et se voit enrichie par des apports théoriques.

Pour se faire, une attention toute particulière est portée sur la notion de SENS, dans sa conception la plus complète :

• tant avec les 5 sens (perception immédiate et sensible),
• que le sens comme direction, visée, ce vers quoi l’on tend, où l’on va, le but que l’on se fixe,
• et enfin le sens qui permet de comprendre (donner du sens, rendre des connaissances actives)


Un cadre conceptuel commun sera donc construit au début de chaque session et sera évalué collectivement.
En groupe de 5 à 20 personnes, au sein de votre institution ou de votre établissement.
Chaque session sera construite spécifiquement au regard de l’objectif qui sera déterminé préalablement.
Les séances se passent dans un espace aménagé pour favoriser les interactions.

PRÉSENTATION SUCCINCTE DES FORMATIONS

Comment professionnaliser l’affectivité dans la relation d’aide ?

De nombreux professionnels dans la relation d’aide refusent de reconnaître le rôle joué par l’affectif dans leur métier, ils semblent s’en protéger comme s’il s’agissait de l'antinomique de leur professionnalisme. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre « qu’il faut prendre distance ».
Mais comment ? De quoi ?
Car, que nous le voulions ou non, que nous le craignions ou pas, que nous le revendiquions ou que nous nous l’interdisions, l’affectif constitue l’un des vecteurs relationnels essentiels de nos métiers.
Parce que nous travaillons avec des enfants, des jeunes, des adultes à qui nous consacrons du temps, de l’énergie, de la patience, là où ils ont pu avoir à faire à de l’indifférence, du découragement, du rejet. Parce que nous travaillons à les rendre plus autonomes et plus à l’aise dans leur vie. Parce que nous leur proposons un cadre sécurisant.
Parce que… Il n’est pas facile de se confronter à la détresse, à la maladie, aux carences affectives, à la fragilité, à l’injustice sans ressentir la crainte légitime d’être emporté dans la tourmente.
Les états affectifs sont-ils frein ou moteur dans l’accompagnement du quotidien ?

A partir de situations vécues, nous aborderons différentes manières de professionnaliser l’affectivité, la reconnaître (chez soi et chez l’autre) pour pouvoir l’utiliser comme un outil ressenti, réfléchi et agi dans la relation d’aide.

La distance relationnelle : quelle est la juste mesure ?

La relation d’aide est par définition une relation asymétrique. L’un est en position de demande ou d’attente tandis que l’autre est en position d’offre. Dans ce contexte de relation asymétrique, comment poser le cadre d’une relation professionnelle saine, constructive, éthique ? Comment éviter les dérives telles que le paternalisme, l’infantilisation, les abus de pouvoir, la manipulation, la victimisation ou le sauvetage, le burn-out ?
Parce que le bon sens ne suffit pas et que les théories une fois confrontées à la réalité peuvent s’avérer décevantes, nous prenons le temps de nous arrêter pour (re)définir les limites et le cadrage, pour équilibrer les droits et les devoirs, pour prendre position entre le fait de tutoyer ou de vouvoyer les bénéficiaires que nous accompagnons.
Quelles sont les fonctions de la distance ? Comment la définir avec justesse ? Comment être distinct sans être distant ? A partir de situations vécues, nous apprendrons chacun à définir notre bonne distance relationnelle de manière congruente et empathique.

Pratique réflexive en relation d’aide : à quoi ça sert ?

La pratique réflexive, c’est poser un regard sur sa pratique : ce qui se passe, comment ça se passe, pour quoi cela se passe ainsi et ce qui pourrait être fait autrement. C’est donc une mise à distance et un regard critique sur son propre fonctionnement, ses cohérences et incohérences, ses pensées, ses actions, ses croyances.
La pratique réflexive permet une progression par une évaluation constante de ses intentions, objectifs, valeurs,…
Il s’agit de pratiquer sa pensée et de penser sa pratique individuellement ou collectivement.
Il s’agit aussi de comprendre et d’apprendre de ses expériences de façon critique et constructive.

Nous pouvons ici travailler différents axes tels que :


• les réunions d’équipe : à quoi servent-elles ? Comment les organiser ?
• les actions – les évaluations – les pistes de remédiations

Le quotidien : une méthodologie d’accompagnement.

Par les tâches « banales » et matérielles de tous les jours, le travailleur social ne se sent pas toujours reconnu à sa juste valeur. Mais si ce quotidien (parfois lourd) devenait une méthodologie d’accompagnement porteuse de sens ?
Il s’agit d’identifier et d’exploiter ces gestes et ces actions qui font le quotidien non plus comme des tâches uniquement à réaliser « parce qu’il faut » mais pour ce qu’elles comportent comme richesses insoupçonnées ou oubliées.

Ecoute et observation : 2 outils pour être en relation.

Parce que entendre et voir ne suffisent pas, il s’agit de décoder et de nommer les phénomènes objectivement. C’est en développant ses compétences d’observation que chacun peut évoluer dans sa conception de la situation, développer des hypothèses et choisir les moyens adéquats qui permettent l’action. Il s’agit aussi bien d’observer l’autre que de s’observer dans son propre comportement (comportement verbal et non verbal). Quant à l’écoute, nous aborderons les différents niveaux d’écoute dans une attitude globale et fondamentale. Nous développerons les outils nécessaires pour savoir observer et savoir écouter afin d’enrichir la relation.

Gestion des émotions.

Nous débuterons par une rapide approche théorique des émotions de base avant de nous plonger dans des exercices pratiques, des mises en situation, des représentations symboliques. Le temps de formation sera divisé en un temps personnel et un temps collectif, un temps introspectif et un temps de partage. Deux règles pour participer à cette formation sont indispensables : le respect (de ce qui est dit et de qui le dit) et la confidentialité. Il s’agit à la fois d’une formation qui aborde la sphère personnelle mais qui est tout à fait transférable dans la sphère professionnelle ; quand il s’agit d’accueillir les émotions des bénéficiaires et de leur apprendre à les identifier et à les gérer autant avoir appris à le faire soi-même.

Nous avons appris à parler. Et à communiquer ?

• outils de base de la communication : le moi communicateur
• La reformulation
• Questionner/explorer
• La gestion de conflit
• Mener un entretien : à quoi être attentif ?
• En quoi la communication affecte-t-elle le comportement ?
• La communication verbale et non verbale
(VAKog et méta modèle; indices oculaires des composantes sensorielles, …)
• La communication non violente

L’entretien motivationnel : pour faire émerger les objectifs chez l’autre.

Il est fréquent d’être confronté à ce qui apparaît comme de « fausses demandes» voire à une absence totale de demande intrinsèque. Nous aborderons ici le fait qu’une attitude centrée sur le problème ne fait que réduire la personne à ce qui fait souffrance. Nous apprendrons à être attentif à ce qui n’est pas problème pour rencontrer l’autre et favoriser les projets qui émergent vraiment de la personne afin de construire un partenariat. L’accompagnement de la personne s’aborde ici avec les concept de co-construction et de sens. La personne étant considérée non seulement comme acteur mais surtout comme auteur de sa vie, de ses changements, …

Affirmation de soi 

• formuler une demande
• formuler et recevoir une critique
• le langage « je »
• résoudre un problème
• savoir dire « non »
• se fixer un objectif (et l’atteindre)

Dynamique d’équipe ou travail de groupe ?

Qu’est-ce qui différencie les deux ?
Comment fédérer des personnes autour d’un objectif commun ?
Comment instaurer ou maintenir une dynamique ?
Quels sont les caractéristiques, les conditions et les mécanismes de fonctionnement du travail en équipe ?
Quelles sont les règles de base du travail en équipe ?
Comment faire face aux dysfonctionnements ?
Quels sont les rôles des réunions d’équipe ?

L’alcool : entre fausses croyances et bonnes pratiques

Qu’il s’agisse d’alcool social, d’alcool festif, d’alcool professionnel, d’un verre pour se détendre, d’un verre à partager, … l’alcool est présent dans de nombreuses situations de notre vie. De la première rencontre avec l’alcool à une consommation plus régulière, de l’euphorie à la gueule de bois, de l’image de soi au sentiment d’appartenance, … comment s’installe la dépendance ?
Ces modules sont construits et animés en collaboration avec un spécialiste en alcoologie et s’adressent spécifiquement à différents publics :

- aux directeurs d’entreprises qui souhaitent offrir une information sur l’alcool social à leurs cadres
- aux intervenants des CPAS qui sont amenés à rencontrer des personnes dépendantes
- aux enseignants qui souhaitent sensibiliser leurs apprenants
- aux secteurs professionnels où l’alcool est présent et normalisé
- aux travailleurs sociaux actifs dans des structures familiales où la consommation d’alcool est problématique …

Accueillir et superviser des stagiaires

Nous sommes tous sollicités par les écoles pour accueillir des stagiaires, superviser leurs apprentissages et les évaluer.
Nous sommes amenés à trouver ou créer un équilibre entre cette prise en charge du/des stagiaire(s) et les besoins de l’équipe tout en respectant les bénéficiaires, leurs repères, leurs références.
Cette pratique de terrain est sans conteste un atout prépondérant dans le parcours de formation ; rencontrer le milieu professionnel, s’y intégrer, confronter ce que l’on croit à ce qui est. Il n’est en effet pas rare d’entendre que c’est la pratique qui donne sens aux savoirs.

- aux directeurs d’entreprises qui souhaitent offrir une information sur l’alcool social à leurs cadres
- aux intervenants des CPAS qui sont amenés à rencontrer des personnes dépendantes
- aux enseignants qui souhaitent sensibiliser leurs apprenants
- aux secteurs professionnels où l’alcool est présent et normalisé
- aux travailleurs sociaux actifs dans des structures familiales où la consommation d’alcool est problématique …

Règles et sanctions

Nous débuterons par les différents composants de l’autorité comme introduction au fait de se situer dans une relation où nous sommes amenés à instaurer et/ou à faire respecter des règles. Nous différencierons les sanctions des punitions. Nous aborderons également le sens des règles ; Il existe en effet plusieurs types de règles et chacune a sa fonction. Elles sont hiérarchisées et demandent un apprentissage au long cours. Nous verrons aussi comment nous pouvons les mettre en place. Quant aux sanctions nous définirons quand et comment les donner. Nous créerons les liens entre autorité, règles, limites et repères comme outils de régulation et de socialisation. Entre l’autoritarisme et la permissivité, comment instaurer une autorité éducative ? Qu’en est-il des excuses ?

FORMATRICE

Diplômée de l’Ecole Normale et du Centre de Formation Educationnel Liègeois
Formée à la pratique en P.N.L. et à l’Association pour la Recherche et l’Enseignement en Alcoologie et sur les Toxicomanies
Enrichie par l’obtention d’un Certificat d’Aptitudes Pédagogiques
Inscrite dans un processus de formation continue (relation d’aide, jeux cadres, Intelligences Multiples, dynamique de groupe, gestion des émotions, entretien motivationnel,…)
Avec 13 ans d’expériences dans le secteur de la santé mentale

Avide d’apprentissages et de partages, elle fonde en octobre 2012 pour s’insérer dans le paysage de la formation et de l’éducation permanente.

C’était l’occasion à créer pour faire coexister ses différents acquis ; savoirs, savoir-être, savoir-faire et savoir-devenir.

Ses expériences, son dynamisme et sa créativité sont au cœur des valeurs humanistes qu’elle défend et au service d’une citoyenneté responsable.

Les différentes formations qu’elle propose s’inscrivent tant dans le cadre du développement personnel que dans celui d’une professionnalité efficiente.

Vinciane Maréchal
GSM: 0497/44 36 89
Mail: ceqfd.formation@gmail.com
Facebook: www.facebook.com/ceqfd

MÉTHODOLOGIE